• La presse en parle !

    Les élèves de sixième participent au festival de BD Cast’in bulles. Ils ont deux mois pour réaliser deux planches, sous la houlette du dessinateur Lucien Rollin

    Reportage

    Morgane, Ethan, Nathan, Jeanne et leurs camarades de 6eA du collège privé Immaculée conception, à Créhen, partent « À la conquête de l’Ouest ». C’est le thème du concours de bandes dessinées organisé par le festival Cast’in bulles de Saint-Cast-le-Guildo. Remise des copies avant le 20 avril.

    D’ici là, il va falloir tailler du crayon. « Nous avons au total six heures de travail pour chacune des quatre classes de sixième participantes », explique la professeure de français Frédérique Desbois. Un sacré défi pour le dessinateur Lucien Rollin, qui guide le fusain des élèves. « Nous sommes aujourd’hui à la troisième séance sur quatre. » Il reste les bulles à remplir et les illustrations à réaliser.

    Rantanplan et le shérif

    Du côté des élèves, le stress est vite gommé et l’indiscipline du début de séance laisse place au souci du travail bien fait. Chaque groupe de cinq élèves est organisé. Enol’ann s’attelle au dessin, aidée par la documentation ramenée par Marius. Sous le bras du blondinet, une BD de la série Rantanplan et des illustrations de cow-boys piochées sur Internet.

    À la table voisine, le clan composé uniquement de garçons a cherché l’inspiration dans les jeux vidéo. « Nos personnages Ethan et Louis doivent retrouver l’étoile d’or du shérif à travers un labyrinthe », pitche le sérieux Nathan, au côté de ses copains dessinateurs… Ethan et Louis.

    Chez les filles d’à côté, on joue la gagne. « Nous avons déjà remporté le concours il y a deux ans », case Aela en relevant le menton. En avance sur leurs camarades, les copines brandissent leur esquisse en A3 devant Lucien.

    Esprit ludique

    Le dessinateur de la série Ombres, du tome 8 du Décalogue et dernièrement du Gouffre de Padirac réajuste ses lunettes rondes : « La nuit tombé, avec un e à la fin, c’est mieux. »

     

    Mais le « professeur Rollin » n’est pas non plus là pour faire la leçon : « Je ne leur apprends pas à dessiner mais les aide à raconter une histoire. » La professeure de français, elle, a trouvé dans ce projet un moyen pédagogique de répondre aux exigences du programme scolaire.

    « Une partie de ce programme est justement consacrée à l’apprentissage du vocabulaire cinématographique. Nous étudions le schéma narratif, travaillons les dialogues et le lexique lié à l’image. » Dans un esprit ludique certes, mais pas question de buller !

    Les élèves verront leurs planches exposées aux murs de la salle d’Armor, lors du troisième festival de BD Cast’in bulles, qui se déroule à Saint-Cast-le-Guildo les 12 et 13 mai.

     

    « Intervention de l'EARSUne nouveau terrain ! »